« En exerçant ce métier de photographe, je n’ai qu’une seule idée en tête : Satisfaire le client tout en essayant du mieux que je peux de marier l’événement à la passion de photographier ». A.N

Il a préféré s’exprimer personnellement pour nous relater, à tous, constituant le public de BILENGEONLINE son histoire dans la photographie dès ses débuts jusqu’à son apogée maintenant. Savourez donc la narration tenue de ce prodige dans l’écriture de la lumière, ANTA NUMERIQUE, « le Numéricâble ».

J’ai débuté la photographie en 2006 lorsque j’étais encore élève en 6è des humanités au Mont Amba, puis à l’université. C’est là où j’ai reçu le surnom NUMERIQUE par un ami JUNIOR TUKEBA.

Au fil des années je cherchais à me perfectionner. C’est en 2010 que les choses ont commencées un peu à marcher c’est-à-dire que j’ai pu rencontrer des gens qui ont influencés surtout ma prise de vue en photographie.

Avec un peu plus de recherches personnelles j’ai pu relever mon niveau et cela à commencer à se faire remarquer par la qualité et la prise de vue des photos que je faisais. Je me rappelle même que mon père qui ne voulait pas que je fasse ce métier mais voilà qu’aujourd’hui j’entends des gens dire que je fais partis des icônes de la photographie de ma génération et de mon pays. Certains disent que nous avons réussi à relever le niveau de la photographie en RDC et nous avons valorisé ce métier qui était resté longtemps en arrière- plan.

Tellement que j’étais trop sollicité pour couvrir plusieurs événements, il y a des fois ou je me retrouvais avec deux ou trois événements le même jour et aux mêmes heures.

Ce faisant, après un laps de temps, j’ai eu l’idée de voir autour de moi ceux qui faisait du bon boulot presque du même style que moi. En une année j’ai regroupé 5 photographes qui travaillent d’une manière indépendante que j’ai regroupée pour former une équipe nommée ANTA NUMERIQUE PHOTOGRAPHIE. Ainsi, au cas où je ne suis pas disponible ou si nous enregistrons 5 à 6 événements le même jour, les photographes de notre équipe peuvent assurer la couverture de l’événement sans problème et sans pour autant que je puisse prendre part étant donné la maitrise de mon style.

 Parlant de mes grandes références en photographie, je vois premièrement deux personnes qui eux, ont vraiment eu de l’influence sur moi. Là je cite PAPY MULONGO & JEREMIE MOMAMBI. Il y a quelques années, en observant le bon travail qu’ils faisaient, je me suis mis de leur côté pour pouvoir emmagasiner quelques connaissances rien que par observation. Si aujourd’hui le CONGO parle de moi, quelque part c’est aussi grâce à eux par ce qu’ils ont réveillés ce qui était endormi en moi.

Dans mon métier de photographe nous exprimons ce qu’il ya au plus profond de nous. C’est-à-dire lorsque nous sommes en plein reportage, nous faisons de notre mieux pour  que la personne qui n’a pas pris part à cet événement sache tout ce qui s’est déroulé rien qu’en regardant les photos, ajouter à  cela notre passion de photographier, nous exprimons le déroulement d’un événement du début à la fin. Bref nous marions l’événement et la passion de photographier et cela nous donne une écriture.

 Peu importe l’endroit où on fait les photos d’une cérémonie de bénédiction nuptiale, la 1ere idée qui nous vient en tête est celle de faire mieux que hier, car chaque mariage est un nouveau défi à relever. Certaines fois, nous nous trouvons dans des conditions assez difficiles pour réaliser un reportage dont les gens en regardant les photos diront wwwwwwwooouuuuwwww et nous cherchons à tout prix avoir la meilleure photo du mariage.

 Nous sommes photographes des événements. Les événements pour lesquels nous sommes sollicités sont beaucoup plus les mariages mais en ce qui concerne les meilleures réalisations, je dirais que nos meilleures réalisations se font dans les campagnes évangéliques, sur les rues etc. Dans les mariages nous trouvons presque les mêmes expressions partout, les mêmes étonnements les mêmes gestes alors qu’ailleurs on ne trouve pas les mêmes expressions. Dans d’autres manifestations les expressions varient.

 Selon nous (Anta Numérique Photographie), la beauté esthétique d’une photo est reconnue premièrement par la prise de vue de la photo suivie de la lumière, la couleur et l’expression.

Myriam KUDIA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.